Architectures potentielles, 2017
La Ferme de la Chappelle, Lancy (ch)
installation sans titre, 2017
Project Description

Architectures Potentielles, texte d’exposition, Nicole KUNZ, 2017

Comme un peintre le ferait avec ses pinceaux, Virginie Piotrowski dispose sur le mur dessins, maquettes, lampes et matériaux bruts pour recréer une œuvre globale et disparate que le spectateur est invité à reconstituer mentalement, comme s’il se trouvait devant une immense peinture constructiviste.

Libre à lui de donner alors à cette suite un déchiffrage selon ses propres codes, en s’appuyant sur les indices formels ou sémantiques que l’artiste a posés dans sa mise en place. Virginie Piotrowski, à son habitude, joue sur plusieurs registres, intercalant réel et virtuel, image et objet, dessin réaliste et photographie. Par ce jeu de renvois, de juxtapositions et de confrontations, elle nous immerge progressivement dans ce qui, au premier regard, ressemble à un inventaire, qui prend forme et consistance à mesure qu’on l’observe et qu’on s’y promène.

Disposant ici d’un mur de dix mètres, la plasticienne a joué sur l’étalage dans la longueur et donc sur la surface. La troisième dimension est créée par la superposition de plans et par les perspectives fictives des dessins et des photos. Le mur se transforme ainsi en un point focal d’étalonnage fixe vers lequel le regard peut revenir dans son perpétuel aller et retour entre chaque élément.

L’échelle joue également un rôle important dans cette installation. Les maquettes et représentations au crayon d’échafaudages retiennent le concept de gigantesque qui vient butter contre les surfaces réfléchissantes qui reproposent virtuellement la structure de la salle d’exposition, en la fragilisant dans une image translucide qui se superpose aux dessins par l’utilisation de vitres.

Virginie Piotrowski ne partage pas seulement sa réflexion, mais nous fait entrer dans son processus d’élaboration de l’œuvre, comme si elle transposait en réalité un fragment de son atelier. Le fait que certains objets soient simplement posés contre le mur, accentue cette première compréhension d’une installation en suspens et introduit le concept de temporalité et de mouvement implicite, cette idée étant corroborée par l’image de chantier et d’architecture. L’artiste crée une œuvre globale, à appréhender progressivement, par niveaux successifs./NK